Twitter
Catégories
Google+
Gagner un voyage

Loch-NessLe monstre du Loch Ness désigne un hypothétique animal aquatique supposé vivre dans le Loch Ness, un lac d’eau douce d’Écosse.
De nombreux enthousiastes se rendent sur les eaux du Loch Ness dès la fin des années 1930 afin de le rechercher. Des photos et des films ont été présentés, mais leur authenticité est difficile à prouver. Sa crédibilité a toutefois été mise à mal après que certains canulars eussent été révélés

La légende du monstre du Loch Ness est particulièrement ancienne, puisqu’on en retrouve les premières traces en 565 dans les chroniques du moine irlandais Saint Colomban : il déclara avoir enterré un homme mordu mortellement par « an Niseag » (nom celte de Nessie). On trouve quelques traces du monstre XVIe siècle. Mais c’est à partir du XIXe siècle que les témoignages se sont faits plus nombreux et plus précis.

Le monstre a fait l’objet d’une curiosité renouvelée dans les années 1930, surtout après la construction en 1933 d’une route en bordure du lac qui a favorisé les témoignages. Le premier article de journal racontant l’apparition du monstre est publié en mai 1933. On peut même apercevoir la créature sur une photographie prise en 1934 qui fera le tour du monde prise par Robert Kenneth Wilson, qui avouera finalement n’être qu’un canular. Les témoignages se multiplient ensuite, notamment à partir de 1935, date à laquelle un couple d’Écossais affirma avoir croisé la créature traversant la route devant leur automobile.

Plusieurs expéditions ont été menées pour tenter de capturer ce monstre, qui mesurerait de 4 à 5 m de long. Pour la première tentative, le 30 mai 1933, les volontaires ont essayé de l’attraper avec de vulgaires outils : tonneaux, fils de pêche, hameçons et morceaux de poisson en guise d’appât.
Encore aujourd’hui, des scientifiques cherchent à faire la part entre légende et réalité, examinant différentes hypothèses et faisant appel à des technologies de pointe pour sonder les eaux du Loch Ness, sans jamais pouvoir confirmer l’existence du monstre.
En 2007, une vidéo montrant un mouvement sous l’eau du lac ranime l’attraction autour du site. Cette vidéo possède en effet une qualité permettant une analyse réelle, contrairement aux nombreux canulars qui ont circulé depuis des années.
Pour ceux qui suivent l’actualité, il y a quelques années, un des riverains du Loch Ness est mort, et a laissé en testament, une lettre expliquant qu’il avait un monstre sculpté en bois, et qu’il s’amusait à le sortir pour gonfler la légende. On a retrouvé, effectivement, dans son hangar le modèle du monstre. Mais beaucoup de gens expliquent que c’est un canular pour continuer à faire vivre la légende et attirer le tourisme.

Plusieurs photographies ont été publiées pour prouver l’existence de Nessie. Si l’on exclut les mystifications avérées, des phénomènes liés aux conditions de prise de vue peuvent expliquer bon nombre d’images controversées : lumière rasante, reflets sur l’eau, obscurité…
Dans un certain nombre de cas, l’objet photographié a pu être identifié. Dans d’autres cas, les observateurs estiment que l’image s’explique clairement sans qu’on ait à évoquer l’hypothèse d’un monstre. On peut ainsi voir :
-un esturgeon
-un ou plusieurs phoques
-un groupe d’oiseaux s’envolant ou amerrissant
-un nageur
-un soliton
-un tronc d’arbre de forme bizarre, pouvant figurer un long cou et une tête. Il existe un phénomène naturel appelé « sèche » dans le Loch Ness, naissant de la superposition de couches d’eau chaude et froide, et qui crée un courant à la surface. Ce courant peut entraîner des débris avec lui, même contre le sens du vent. On peut ainsi voir des souches sembler « naviguer » contre le vent, ce qui peut enflammer les imaginations.
-des phénomènes sismiques souterrains créant des remous à la surface (le Loch Ness est le long d’une faille géologique)
-les vagues provoquées par l’étrave d’un navire lui-même hors de vue, peuvent être prises pour le dos d’un animal, sur des photographies de mauvaise qualité. En 2004, un reportage présenté sur différentes chaînes de télévision européennes montrait que lorsqu’une baleinière à moteur accomplit un large virage, et que la vague principale de l’étrave reflète une ligne de crête assez douce, cela ressemble au cou et/ou au corps d’un paléo-reptile
-un éléphant de cirque se baignant dans ces eaux

Enfin, il faut prendre en compte le « conditionnement » des témoins à voir un monstre dans le Loch Ness. Cela a fait l’objet d’une étude menée par une université écossaise : présents au bord du loch Ness, et ayant remarqué au loin un madrier flottant dans l’eau, des touristes ont tendance à voir un animal. D’autres personnes mises en présence du même madrier dans les mêmes conditions, mais cette fois autour d’un lac voisin, sont moins enclines à décrire le « monstre », et décrivent plus volontiers un bâton, une épave, un périscope.
Les gens qui sont au courant de la légende et qui sont à la recherche de « sensations fortes » prennent le moindre indice au sérieux; dés qu’ils voient quelque chose bouger dans l’eau ils s’exaltent. Beaucoup de gens viennent exprès visiter le lac avec l’espoir que « quelque chose d’étrange » se produise.
Cependant on ne peut pas tirer de conclusion en l’état des choses car le lac est suffisamment large et volumineux(sa superficie est de 56 km2, son volume est de 7,54 km3. Sa profondeur moyenne est de 132 mètres et sa profondeur maximale est de 258 mètres) pour abriter une espèce animale d’au moins plusieurs mètres de long.
Si le monstre existe où a réellement existé on a deux possibilités:
-Soit c’est un animal répertorié dans notre sciences qui a été plus gros qu’un genre de son espèce et qui a vécu longtemps.
-Soit c’est une espèce inconnue(peut être un dinosaure) qui s’est peut-être éteinte. Dans ce cas il y aurait forcement plusieurs monstres du Lochness,
Est-ce que ce type d’animal si il existe sortirai de l’eau la nuit et resterai le jour au fond de l’eau pour éviter d‘être vu par l‘homme?

Laisser un commentaire